RADIO(S)

Alerte info
Faits divers : SUSPECTÉ DE VIOL, IL VOULAIT FORCER SA VICTIME À SE MARIER POUR OBTENIR LA NATIONALITÉ FRANÇAISE. Dernière minute : CORONAVIRUS : LE COUVRE-FEU LEVÉ DÈS DIMANCHE ET LA FIN DU MASQUE À L'EXTÉRIEUR DÈS DEMAIN, ANNONCE JEAN CASTEX. Monde : CRIME ORGANISÉ : COUP DE FILET MONDIAL GRÂCE À DES TÉLÉPHONES CRYPTÉS INFILTRÉS PAR LA POLICE. SPORT : EURO 2021 FRANCE-ALLEMAGNE (1-0) : LES BLEUS SOIGNENT LEUR ENTRÉE. Alerte météo : 28 DÉPARTEMENTS EN VIGILANCE ORANGE AUX ORAGES / Dans le détail, il s'agit de la Seine-Maritime, de l'Eure, du Calvados, de la Manche, de l'Orne, de l'Eure-et-Loir, de la Sarthe, de la Mayenne, de l'Ille-et-Vilaine, des Côtes d'Armor, du Maine-et-Loire, de l'Indre-et-Loire, du Loiret, du Loir-et-Cher, du Cher, des Deux-Sèvres, de la Vienne, de l'Indre, de la Creuse, de la Corrèze, de la Haute-Vienne, de la Charente, de la Charente-Maritime, de la Dordogne, de la Gironde, du Lot-et-Garonne, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques.





Le thriller psychologique «Villa Caprice», le biopic «Billie Holiday : une affaire d'état» avec Andra Day, et le drame historique sur la guerre d'Algérie, «Des Hommes», voici trois longs-métrages à découvrir en salles ce mercredi 2 juin.

 «VILLA CAPRICE», DE BERNARD STORA

Le premier est un homme d’affaires aguerri, le second un ténor des barreaux. Gilles Fontaine (Patrick Bruel) se retrouve face à la justice après l’acquisition douteuse d’une sublime demeure sur la Côte d’Azur, la Villa Caprice. Il fait alors appel à l’avocat Luc Germon (Niels Arestrup), qui impose tant par son CV que par sa stature, pour se sortir de ce mauvais pas. Va naître une relation ambivalente et complexe entre ces deux hommes, qui malgré quelques failles tentent chacun à sa manière de prendre l’avantage sur l’autre. 

Ce thriller psychologique qui compte également au casting Irène Jacob, Michel Bouquet et Laurent Stocker, s’attarde davantage sur la complexité de l’âme humaine, les rapports de connivence et les jeux de pouvoir que sur le déroulé classique d’un procès où la vérité éclate au grand jour. Un film né après le suicide du célèbre avocat Olivier Metzner, en 2013. 

«BILLIE HOLIDAY, UNE AFFAIRE D’ÉTAT», DE LEE DANIELS

Si l’Académie des Oscars lui a préféré Frances McDormand pour «Nomadland», Andra Day - qui a remporté un Golden Globe - aurait largement mérité la statuette de la meilleure actrice pour sa performance remarquable dans le biopic Billie Holiday, une affaire d’état. Pour son premier grand rôle au cinéma, l’artiste de 36 ans se glisse dans la peau de cette figure iconique du jazz américain et militante des droits civiques, qui tenta de se libérer de ses démons qu'étaient la drogue et l'alcool et de guérir de ses histoires d’amour toxiques. 

Pour avoir chanté le titre «Strange Fruit» en 1939, morceau qu’elle ne cessa d’interpréter et qui dénonce le lynchage de deux jeunes Afro-Américains dans le sud des Etats-Unis, Billie Holiday fut traquée tout au long de sa vie par les agents du gouvernement, et cela jusqu’à sa mort. Andra Day s'est totalement investie dans ce projet, allant jusqu'à perdre près de vingt kilos. Elle s’est également mise à fumer et à boire pour modifier son timbre de voix. Pari réussi.

 «DES HOMMES», DE LUCAS BELVAUX

Une plongée dans la guerre d’Algérie. Ou plutôt la résonnance qu’elle a encore aujourd’hui et les séquelles dont peuvent souffrir des milliers d’hommes. Parmi eux, Bernard dit Feu-de-bois (Gérard Depardieu), un sexagénaire bourru, explosif, alcoolique et raciste qui fait régner la terreur dans son village.

Alors que son attitude est vivement critiquée et en dérange plus d’un, il peut compter sur l’amour de sa sœur (Catherine Frot) et le soutien de son cousin (Jean-Pierre Darroussin), avec qui il est parti au combat quarante ans plus tôt. Même si ces deux-là sont en désaccord avec ses agissements, on ressent ce désir de sauver l’homme meurtri qui se cache derrière cet ours solitaire. A l’aide de flashbacks et porté par le texte de Laurent Mauvignier sur lequel le long-métrage s’appuie, «Des hommes» raconte l’histoire de ces appelés murés dans le silence qui ne parviennent pas à oublier l’horreur, et peinent à se reconstruire.

A voir aussi en salles les comédies «Playlist» avec Sarah Forestier et «Chacun chez soi» de Michèle Laroque, le moyen-métrage d'épouvante «The Amusement Park» de George A. Romero, le drame «Suzanna Andler» avec Charlotte Gainsbourg, ou encore le nouveau film de Céline Sciamma, «Petite Maman». 



Partager